Page d'accueil du site Reseau43    
FR  |  DE
login  SE CONNECTER

Le 18 juillet 2019, 12 avocats affirment leur intention de défendre les 12 activistes du climat par un communiqué de presse.

 

Revue de presse

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Douze avocats pour le climat

18 juillet 2019 – En mai dernier, douze activistes du climat étaient condamnés à plus de 20'000 francs pour une partie de tennis au Crédit Suisse de Lausanne. Ils ont fait opposition. Deux anciens bâtonniers vaudois et dix avocates et avocats s'engagent pour contester ces sanctions disproportionnées : la justice doit aussi prendre en compte l'urgence climatique .

« D’après de nombreuses estimations scientifiques, l’année 2020 est notre dernière chance d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre » déclarait Greta Thunberg encore la semaine passée. Cette urgence climatique est reprise par de nombreux jeunes : « Nos parents ont manifesté, trié leurs déchets, nous ont incités à manger moins de viande. Pourtant le monde n'a jamais autant pollué qu'aujourd'hui. Il nous faut trouver de nouvelles manières d'attirer l'attention sur la catastrophe annoncée ».

Le 22 novembre 2018 à Bâle, Genève et Lausanne, des jeunes ont demandé à Roger Federer de prendre ses distances avec le Crédit Suisse en mimant de manière totalement non-violente une partie de tennis dans les succursales de cette banque. Greenpeace venait de révéler que cet établissement avait massivement investi dans l'extraction du charbon entre 2016 et 2017 ainsi que dans l'exploitation de combustibles fossiles particulièrement sales.

« Qui mérite réellement d'être condamné ? Des jeunes qui défendent leur planète ou une banque qui contribue à la détruire ? » questionne Me Irène Wettstein défenderesse de la première heure. Avec sa consœur Me Marie-Pomme Moinat, elles ont rassemblé un large panel d'avocats pour défendre bénévolement les douze activistes de Lausanne. « Quel est le poids des intérêts privés face à l'avenir de tous ? Il faut que la justice soit interpellée sur cette question. ».

Me Antonella Cereghetti, ancienne Bâtonnière du Canton de Vaud n'a pas hésité à s'investir : « Comme avocat - et comme citoyen - nous nous devons de leur assurer une défense pénale à la hauteur de leur message et de leur engagement. » Me Christian Bettex, ancien Bâtonnier renchérit : « Comment ne pas se ranger à leurs côtés et défendre ces lanceurs d’alerte qui tentent de réveiller nos consciences et celles, on peut l’espérer pour notre avenir, des banques et des industries qu’elles soutiennent ? ».

Une conférence de presse sera organisée en début septembre afin de présenter cette action en justice.